C'est dans un boeing 314, un hydravion, surnommé le clipper que se passe l'action du dernier Ken Follett que je viens de terminer "la nuit de tous les dangers".

Ce n'est pas le meilleur des Follett, mais comme d'hab, c'est un bon roman. On s'attache, dès les premières pages, aux personnages. Ils sont si vrais. Quelques passages, notamment au milieu du livre, sont un peu longs, mais ça ne dure pas, l'intrigue, les aventures, l'histoire reprennent vite le dessus. C'est facile et agréable à lire.

15