Faut que je te dise mon P'tit Scarabée ! Vendredi, j'ai vécu une terrible expérience. J'ai survécu toute la journée dans l'attente de l'heure bénie où enfin, mon poussin serait de retour à la maison. 

Mon Ado, de 17 ans est allé tout seul, comme un grand enfin avec ses potes, à Paris. Oui. 

Parce que dans la vie de mon Ado, il n'y a que les jeux vidéo et ses chères étudent qui comptent. Non, les filles ne sont pas sur sa to do list en première position. Eventuellement, si l'occasion se présente et sur un malentendu, pourquoi pas ! De toute manière, y en a aucune qui le mérite.

Il était donc hors de question, qu'il loupe la Paris Game Week. Tu sais pas ce que c'est mon P'tit Scarabée ??? oooh, c'te honte !! bon, moi non plus je ne sais pas ce que c'est. Enfin, le nom me donne un indice, mais dans l'absolu, on va dire que non, je ne connais pas. 

Bref, le souci quand on est une mère poule est de laisser s'éloigner les poussins. Et p'tain, je dois dire qu'il me faut sacrément prendre sur moi pour les laisser s'éloigner. Alors, ne plus les avoir en visuel, c'est un entrainement intensif à la sudation excessive.

Pourtant, je ne peux pas les mettre sous cloche, bien que l'idée me plait assez. Je suis bien obligée de les laisser parfois voler de leurs propres ailes, heureusement pas encore assez plumées pour voler haut et loin. 

Bon, j'ai pris sur moi, enfin disons plutôt que mon Cher et Tendre m'a dit de prendre sur moi, de force, et de laisser notre chérubin aller se balader seul, sans sa mère, parce que bon, oh, ça commence à bien faire mes couvades !

Tu t'en doutes, P'tit Scarabée, mon enfant est parti avec une check list : téléphone chargé, crédit suffisant, appeler sa mère régulièrement, ne pas faire l'idiot, être poli avec les messieurs-dames et surtout rentrer à l'heure. 

Bon, de deux choses l'une. Parce que quand je lis certains blogs où les parents parlent de leurs Ados mâles ou femelles, je me dis que le mien est au choix soit un big attardé mental de l'adolescence soit c'est un gamin responsable malgré ce que j'en pense. 

Parce que bon, certes, j'ai pas eu droit à un seul coup de téléphone, hein. Faut pas rêver, devant les potes, ça le fait pas, puis préfère garder son crédit pour des "choses" qui en valent le coup. Mais j'ai eu droit à une photo de son menu chez un célèbre volailler de poulet. Une fois dans l'antre des geeks du jeu vidéo, les SMS ont été plus longs à me revenir, mais il me répondait quand même. 

C'est vrai, que si ça n'avait tenu qu'à moi, c'est toutes les heures que je lui aurais envoyé un SMS, mais Cher et Tendre m'a menacé de me bâillonner si je lâchais pas les baskets de son héritier. Alors, comme j'aime pas trop être bâillonnée quand c'est pas de mon plein grè... 

Alors, je rassure mon public en délire. Non, mon fils ne vit pas cloîtré à la maison sous l'emprise d'une mère qui n'est pas juive mais qui est tout aussi possessive. 

C'est juste que plus il grandi, plus il prend de l'indépendance à mon corps défendant. J'aime pas ça. Mais alors pas ça du tout. C'est dur. Mais je me soigne. Promis. Enfin, un peu, mais pas trop. Juste ce qu'il faut. C'est dur de réaliser que ses enfants ont une vie perso, dans laquelle, bah nous on n'a pas la place principale, tout juste droit au strapontin, celui de tout au fond de la salle.