Ah que j'aime public en délire quand tu  montres une telle impatience pour connaitre les p'tits détails de ma vie tumultueuse !

Allez, P'tit Scarabée, puisque tu l'as demandé si ardemment, voilà ma mésaventure pyrotechnique. Bon, t'excites pas trop, hein, y a rien de croustillant ni d'hilarant !

Ca fait un moment que je veux essayer de shooter (oui, ça fait plus pro de dire ça) un feu d'artifice. Vu que ce genre d'événement n'a pas lieu tous les jours ni même toutes les semaines... bref, samedi soir, la ville voisine organisait des festivités pour le week-end du 14 juillet. 

Après avoir pris connaissance du programme afin d'être sûre qu'un feu d'artifice aurait lieu, me voilà quémander l'assistance et la compagnie de mon cher mari. Parce que je suis une fille courageuse mais pas téméraire. 

J'avais décidé d'aller dans les champs, non loin de chez moi, dans un lieu en hauteur. Un lieu perdu dans la rase campagne, dans le noir et loin de la foule. D'où la necessité absolue d'être accompagnée. 

Nous voilà donc partis sur les chemins de terre, de bonne humeur et plein d'espoir, enfin surtout moi. 

Feu d'artifice prévu à 23h00. Enfin, c'est ce que j'avais prévu. Donc, après le choix dur et compliqué de l'emplacement pour placer mon trépied et mon appareil. Nous étions prêt à 22h45. Chauds bouillants pour en avoir plein les mirettes. 

Puis 23h00 arriva mais point de pétard. Ou plutôt si, de nombreuses communes, au lointin faisaient elles aussi péter les fusées ! c'était beau. Mais loin. 

Point de panique sommes patients. Dans le noir complet avec un sanglier qui pouvait débarquer à tout moment... enfin d'après Chéri, la seule chose qui pouvait débarquer c'était un lapin de garenne. Ouais, ben même un lapin, dans le noir complet, dans un champs ça peut ressembler à un sanglier.

Bref...

23h30 arriva. La fraicheur aussi. Mais point de feu d'artifice. 

23h45, mon équipe de chic et de choc commençait à s'impatienter.

00h00, ça y est, le ciel s'illumine de mille lumières. Enfin dans le moment idéal, ça aurait dû être ça. Il y a eu quelques pétards, quelques lumières mais point de gerbes, de belle bleue, de belle rouge, de belle verte.

Pas de panique sombreros, ça va péter sec, foi de moi. Promis. 

J'ai patienté et supplié mon garde du corps de patienter un peu aussi. Mais force et de constater que 15 mn plus tard, plus aucun bruit, plus aucune lumière... plus de son, plus d'image. 

Je ne sais pas ce qui s'est passé. Je ne sais pas même si il était réellement prévu un vrai feu d'artifice, mais ce fut le fiasco total. 

On a passé 2 heures dans les champs et le noir au risque qu'un lapin déguisé en sanglier nous fonce dessus pour rien. 

Ah la la, il a bien rigolé mon Chéri. Il s'est bien fichu de moi. 

Mais je suis tenace... le lendemain c'est dans mon village qu'il y avait un feu d'artifice. 

Mais un spectacle pyrotechnique est à l'image de sa commune : petite commune, petit budget. Je savais que celui d'ici serait joli mais "petit" et surtout pas long. 

Alors, voilà quelques clichés. J'ai encore beaucoup de progrès à faire, parce que c'est très loin d'avoir le rendu escompté !

8

9

10

11

12